Chargement en cours

Sentier Historique

sentier.jpgPour une virée au coeur du Parc Régional des Vosges du Nord, dans un cadre de verdure idyllique où opère le charme discret mais typique de maisons à colombages et corps de ferme.

Lampertsloch, village de l'Outre Forêt, est blotti au pied du massif du Hochwald. La commune présente la particularité d'être scindée géographiquement sur deux sites : d'une part le village lui-même, adossé aux pentes d'une colline, d'autre part la Cité Le Bel, née des activités de l'industrie pétrolière. Le village est entouré d'un décor de verdure remarquable avec ses vergers, ses champs et son vaste domaine forestier où culmine le Soultzerkopf à 480 mètres d'altitude. Ce belvédère offre un magnifique panorama, allant de la Forêt Noire aux flancs des Vosges du Sud en passant par la plaine d'Alsace. Les premières traces d'occupation humaine datent de la période préhistorique avec les enceintes fortifiées du Kastelring et du Keltenring. Pechelbronn, lieu-dit du ban de Lampertsloch, rappelle la longue et belle histoire du pétrole. En 1498, il est fait allusion à la présence d'une source bitumineuse à Lampertsloch. De ce fait, Lampertsloch peut se glorifier d'être le berceau du pétrole français, européen et même mondial. Evoquons aussi le " Lampertslecher Roter " (rouge de Lampertsloch), cépage noble à la robe rouge foncé apprécié par certaines personnalités dont le prince palatin, Christian de Pfalz-Birkenfeld. Seul témoin de ce passé viticole, le " Raabhiesel ", maisonnette gardevignes construite en 1737. Au fil du temps, le " Raabhiesel " est devenu l'emblème et la fierté de la commune, inspirant les randonneurs et les peintres. Citons encore un personnage illustre, Frédéric Reech, qui a connu une brillante carrière de chercheur, puis de directeur des constructions navales. Il fut élevé au rang d'Amiral et décéda en 1884. Selon son souhait, il repose au cimetière communal, non loin des membres de la famille Le Bel.

Départ ou point 1: Le point de départ des quatre circuits (vert, bleu, rouge et jaune) se situe au niveau de la place du Tilleul. Un grand panneau d'information avec carte et descriptions indique la longueur des circuits et leur niveau de difficulté. Le circuit vert D'une longueur de 8 km environ, il ne présente pas de difficulté majeure. Il longe la route de Lobsann puis la rue des Vignes sur 400 mètres.

Point 2 : Le premier arrêt se situe au niveau du "Raabhiesel", la maisonnette garde vigne, emblème et fierté du village.

Point 3 : En remontant le "Laddestressel", on arrive au site Total qui rappelle la partie récente de l'épopée du pétrole, qui a eu lieu sur le ban de la commune au début des années 1980.

Point 4 : En continuant sur le chemin de terre, le circuit longe le "Maerebronn" (Marienbronn), jadis un petit prieuré, actuellement une maison de postcure, pour rejoindre le "Baristressel", ancienne route romaine reliant Wissembourg à Niederbronn.

Point 5 : Une centaine de mètres plus loin, en contrebas de ce chemin, "s’Russegràb" ou tombe du soldat russe; datant de 1812-1813, elle conserve une part de mystère... que les historiens n'ont pu élucider.

Point 6 : En poursuivant encore sur 500 mètres, une "carrière d'ocre" ou de minerai de fer (Arzkutte), qui fut exploitée du 16e siècle au début du 20e s.

Point 7 : Le circuit reprend une partie du "Baristressel", pour descendre vers le réservoir d'eau, près du stade municipal. Lampertsloch a été l'une des premières communes de l'Outre-Forêt à se doter, en 1897, d'un réseau d’adduction d'eau potable.

Sans-titre-1.jpgPoint 8 : La descente vers le village s'effectue par la route de Pfaffenschlick pour rejoindre la rue de Nantiat. La ville de Nantiat fut la commune d'accueil lors de l'évacuation du village le 1er septembre 1939. Au croisement de la rue de Nantiat et d'un chemin de terre on passe près de la "Wesch ", un lavoir à ciel ouvert qui enjambe le "Spitzlinggraben".

Point 9 : En remontant vers le centre du village, le circuit passe devant l'église et l'école.

Point 10 : Nous marquons un arrêt devant la maison natale de l'Amiral Reech, qui fut directeur des écoles d'application du génie maritime à Lorient.

Point 11 : La dernière étape du circuit nous mène au cimetière communal, où repose l'Amiral Reech ainsi qu'une grande partie de la famille Le Bel, bien connue pour son activité dans l'industrie pétrolière. Le circuit se termine en descendant la rue de l'Amiral Reech, l'une des plus anciennes rues du village, vers la place du Tilleul, le "Spritzehiesel" et l'ancienne laiterie. Sans-titre-2.jpg

Point 12 : Le circuit bleu d'une longueur de 10 km, de difficulté moyenne, il continue au niveau de la carrière d'ocre pour monter sur le "Fischerwaj" qui offre un point de vue remarquable sur le village même, ainsi que sur la plaine d'Alsace et la Forêt Noire. Après une courte mais forte descente, le circuit bleu rejoint le circuit vert au niveau du réservoir d'eau près du stade (point 7).

Point 13 : Le circuit rouge'une longueur de 13 km, de difficulté moyenne, il continue également à partir du circuit vert au niveau de la carrière d'ocre (point 6) pour monter vers le Soultzerkopf à 480 mètres d'altitude. Malgré sa dénomination de Soultzerkopf, le refuge du club vosgien se trouve bien sur le ban communal de Lampertsloch. En contrebas du refuge, un abri bétonné rappelle le système défensif de la ligne Maginot ainsi que le "Militärstressel", route militaire.

Point 14 : Après une descente, nous rejoignons le "Kastelring" site ”celtique”, et peut-être romain, formé d'une levée de terre, d'un amas de rochers et d'un fossé. Il a sans doute servi de fortification et de refuge aux habitants des environs. Le circuit rouge rejoint le circuit bleu au niveau du point de vue panoramique (point 12). Le circuit jaune

Point 15 : D'une longueur de 5 km, sans difficultés particulières, il nous mène vers la source Hélions III qui rappelle le thermalisme à Pechelbronn.

Sans-titre-3.jpgPoint 16 : Le Château Le Bel. La famille Le Bel a racheté, modernisé et exploité les sources bitumineuses sur le ban de Lampertsloch au lieu-dit Pechelbronn.

Point 17 : Les terrils d'exploitation de la source bitumineuse, témoins des fouilles à ciel ouvert et par perçage de galeries à flanc de coteau. Ces terrils ont été élevés à partir des années 1730.

Point 18 : La cité Le Bel dont les bâtiments, construits au milieu des années 1920, étaient destinés aux logements du personnel d'encadrement du Pechelbronn.

Sans-titre-4.jpgPoint 19 : La voie de 60 ou "s'Bahnel", chemin de fer militaire qui était destiné à l'approvisionnement des ouvrages de la ligne Maginot.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation notamment l’utilisation de cookies afin d'améliorer la qualité de vos visites et réaliser des statistiques.
Mentions légales / Politique de confidentialité X